Citez cinq aliments, plats ou autres, qui ont fait partie de votre enfance, et qui vous manquent, parfois, quand la nostalgie vous prend...

gouts

Voilà le défi blogosphérien du moment et c’est grâce à angel que vous allez savoir des vrais morceaux de ma vie à moi que j’ai.

J’ai écarté de la sélection le pâté de prunes encore chaud fait par ma maman paske il m’arrive d’en manger encore alors ça ne répond pas au sujet, idem pour les tortillons de bonbons kréma aux fruits ( technique de doublage de volume du bonbeck plus option bi-goût breveté en 1977 avec ma copine Fabiola).

  1. la grappe de groseilles chaudes du jardin de Papy.
  2. Chez mes grands parents il y avait un grand potager. C’était d’ailleurs la seule attraction du lieu avec la boîte de construction de petits chalets de bois ayant appartenu à ma tante. Il y avait de nombreux arbres fruitiers, deux énormes cerisiers qui donnaient de grosses cerises à la couleur presque noire, très sucrées et juteuses et il y avait les groseilliers. J’ai encore en mémoire, alors qu’on les avalait par grappe entière, le goût des groseilles chauffées par le soleil éclatant dans ma bouche. Groseilles que l’on niait, bien sur, avoir boulottées quand ma Grand Mère s’étonnait de nous voir caler sur notre assiette au déjeuner.

  3. Les rillettes de la charcuterie de Château Lavallière
  4. Une partie de ma famille vit en terre angevine. A chaque fois que nous allions en wikène ou en vacances leur rendre visite, mes parents s’arrêtaient dans la grande rue de Château Lavallière, en face de la Poste, afin de s’approvisionner en rillettes à la charcuterie locale. Il ne le font plus, le charcutier a changé, les rillettes ne sont plus aussi bonnes. Lorsque nous arrivions chez mes oncles et tantes, on ouvrait un pot. Elles étaient excellentes ces rillettes c’est vrai, elles l’étaient d’autant plus qu’elles s’associaient aux retrouvailles et aux bons moments en famille.

  5. La quiche du goûter
  6. Quand ma petite sœur réclamait un pain au chocolat ou un " croisson " lors des pauses goûter en voyage, moi je demandais une quiche lorraine. Passer l’étonnement de la 1ere fois, mes parents obtempéraient sans problème. Ah le goût de la quiche froide à 10 heures du matin après s’être époumonée à chanter tout le répertoire des génériques de dessins animés et chansons pour enfants pour passer le temps !

    (mes parents étaient plutôt cools hein… bon, mon père hurlait " Stop ! Ça suffit " quand on entonnait pour la 3e fois " Nagawika " mais il tenait bien le choc quand même…)

  7. La bouillie à la Maïzena

Parfois, alors que j’avais 4 ou 5 ans déjà, ma mère me faisait de la bouillie à la farine de maïs. Parfumée à la vanille, cette assiette faisait office de dîner. Et même si ma mère cuisine très bien, je dois admettre que jusqu’à mes 7-8 ans, la bouillie à la vanille était mon plat préféré

5. Le boudoir au Coteaux du Layon

Ma famille regroupent ce que certains nommeraient des gueules fines. Aussi a-t-on appris jeune à éveiller nos sens au goût des bonnes choses. Je me souviens du jour où j’ai goûté pour la 1ere fois du Coteaux du Layon en trempant un boudoir dans un petit verre. Je devais avoir 6 ans. C’était chez Marie, la voisine de mes grands parents, une gentille dame qui n’avait pas eu d’enfant et chez qui ma mère avait passé pas mal de temps lorsqu’elle était petite. Dans son jardin, il y avait un poirier avec des bouteilles accrochées dessus pour faire de la liqueur. Je me souviens que ma mère avait un peu protesté parce qu’elle se disait que j’était trop jeune, mais Marie avait dit en riant " ça peut pas lui faire de mal, c’est rien qu’une goutte ". C’était délicieusement sucré et doux sur la langue. Puis ça chauffait le gosier. Une sensation inoubliable !

Attention, je n'ai pas dit qu'il faut faire boire de l'alcool aux enfants hein. C'était juste pour goûter. Une peu comme quand on met 1mm² de moutarde sur un morceau de viande. Pi c'était à une époque lointaine hein, on pouvait  se rouler dans les bacs à sable et en avaler un peu, manger les fleurs des trèfles, siffler les fonds de verre des Grands quand ils avaient le dos tourné, mettre des fourmis dans sa bouche pour voir ce que ça fait et tout un tas d'autres trucs débiles qu'on appelle des expériences ;-)

Et je passe le flambeau (s'ils en ont envie) à Lalune, Christian et Stellou :-)